Hillary Clinton, le 7 novembre 2016
 

Le New York Times revient sur la cyberattaque de pirates russes contre le Comité national démocrate à l’origine des fuites de WikiLeaks.

Votre opinion

Postez un commentaire

2 opinions
  • Toutatis
    Toutatis     

    Les américains écoutent massivement à des fins politiques et industriels leurs ennemis et leurs alliés, les russes le font également comme toutes les puissances, c'est le jeu ma pauvre Lucette, on ne va pleurer pour le pays qui pirate le plus, pourquoi autan d'article sur la Russie et jamais rien sur les usa ?

  • jonah
    jonah     

    Autodestruct quoi !. Clinton et son équipe ont déjà eu des avertissements sévères à propos les e-mail et puis ils utilisent GMail, écoutent pas le FBI et font des erreurs bêtes.

Votre réponse
Postez un commentaire