Photo d'illustration
 

Ces scans seront comparés à une base de données de 500.000 personnes auxquelles s'intéresse la police britannique, comme des hooligans ou de potentiels terroristes.

Votre opinion

Postez un commentaire