Et c’est même encouragé par le Ministère des Affaires Civiles… Cela permet d’économiser de l’espace, d’éviter les déplacements à travers le pays, et de désengorger le trafic les jours où on célèbre traditionnellement la mémoire des morts.

- Les jeunes sont adeptes de ce système :
Les moins de 35 ans, plutôt férus de technologies, qui attachent de l’importance à la tradition. Les cimetières d’Etat les plus célèbres disposent de leur propre espace en ligne. Certains sites sont gratuits, d’autres payants.

Le leader en Chine : le Netor Memorial :
5 millions de visiteurs à l’occasion de la Fête de la Clarté Pure ; le jour où on honore la mémoire des morts. On paie entre 1 euro et 45 euros à l’année. Et on bénéficie d’un espace, d’une tombe dans le cimetière virtuel, et suivant l’abonnement qu’on a choisi, on a des fonctionnalités plus ou moins nombreuses : on peut mettre des fleurs électroniques sur la tombe, des musiques, ou encore, même de l’alcool virtuel pour ses ancêtres !
>Voir le site Netor<

Votre opinion

Postez un commentaire