Facebook locaux
 

Victimes de violences domestiques, opposants politiques ou membres de minorités sexuelles et religieuses seraient mis en danger par le réseau social, qui continue à privilégier l’usage du patronyme civil. Des associations protestent contre cette position.

Votre opinion

Postez un commentaire