En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...


Et c’est même encouragé par le Ministère des Affaires Civiles… Cela permet d’économiser de l’espace, d’éviter les déplacements à travers le pays, et de désengorger le trafic les jours où on célèbre traditionnellement la mémoire des morts.

- Les jeunes sont adeptes de ce système :
Les moins de 35 ans, plutôt férus de technologies, qui attachent de l’importance à la tradition. Les cimetières d’Etat les plus célèbres disposent de leur propre espace en ligne. Certains sites sont gratuits, d’autres payants.

Le leader en Chine : le Netor Memorial :
5 millions de visiteurs à l’occasion de la Fête de la Clarté Pure ; le jour où on honore la mémoire des morts. On paie entre 1 euro et 45 euros à l’année. Et on bénéficie d’un espace, d’une tombe dans le cimetière virtuel, et suivant l’abonnement qu’on a choisi, on a des fonctionnalités plus ou moins nombreuses : on peut mettre des fleurs électroniques sur la tombe, des musiques, ou encore, même de l’alcool virtuel pour ses ancêtres !
>Voir le site Netor<

Inscrivez-vous à la Newsletter High-Tech

Newsletter High-Tech

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire