En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Un usage personnel d'internet au travail est  toléré s'il reste raisonnable, certains salariés ont déjà perdu leur emploi pour s'être égarés sur la toile.
 

Face aux abus, la jurisprudence est de plus en plus abondante et certains salariés ont déjà perdu leur emploi pour s'être égarés sur la toile.

Inscrivez-vous à la Newsletter High-Tech

Newsletter High-Tech

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

2 opinions
  • Monique33
    Monique33     

    Il ne me serait jamais arrivé sur le temps du travail d'aller sur internet. Certains employés ne semblent pas surchargés de travail.

  • Mandataire
    Mandataire     

    Encore un Avocat qui prêche pour sa contentieuse Paroisse:
    “Pour Aymeric François, ces décisions sont tout de même "assez sévères", car 41 heures de connexion en un mois, ce n'est finalement qu'à peu près 1h30 par jour. "Ca va vite", estime l'avocat."

    41/151,67 = 27,03% du temps mensuel…!?

    Que dit cet accommodant Avocat quant à la réduction d’autant du salaire…?
    Sinon plus: ne faut-il pas comptabiliser le temps à se remettre dans le bain des dossiers à traiter?

    Impayable au propre comme au figuré…!

Votre réponse
Postez un commentaire