En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...


L’éditeur Symantec publie tous les six mois un rapport consacré à la sécurité sur la toile. La dernière livraison zoome sur l’économie souterraine du web. Savez vous que votre adresse e mail vaut de l’argent ? Les cybercriminels sont prêts à payer pour la récupérer, et pouvoir ensuite vous envoyer des messages polluants. 1.000 adresses e mail valides peuvent ainsi valoir entre quelques centimes et quelques euros. Vos coordonnées complètes ? Dix euros. Mais ce n’est pas ce qui coûte le plus cher.

Ce sont les coordonnées bancaires, ou les numéros de cartes bleues qui rapportent le plus aux cybercriminels :
Votre numéro de compte peut s’échanger sous le manteau entre 6 euros 36 et 636 euros. C’est le solde du compte qui fait la différence ! Ensuite, ce sont les numéros de cartes bleues qui se revendent entre 0,25 centimes et 12 euros 73. Les prix des cartes européennes à puces sont les plus chères, car elles sont mieux sécurisées.

Comment ce marché se met il en place ?
Chez les plus « professionnels », on reste discret. Ce petit commerce s’effectue via des chats sécurisés. Mais certains n’hésitent pas : ils possèdent leur site internet. Sur lequel on peut commander ses numéros de cartes volées. L’éditeur Symantec affirme même avoir trouvé des packaging « genre cartes bleues + adresses e mails »… Et même des promotions avec prix dégressifs !
>Voir les résultats de l’enquête<

Inscrivez-vous à la Newsletter High-Tech

Newsletter High-Tech

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire