En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Une piste à explorer pour lutter contre la toxicomanie : les thérapies sur le web


François Fillon a réclamé hier une "prise de conscience" de la société contre la "banalisation" de la toxicomanie. Il souhaite également "une coordination beaucoup plus importante au plan européen". En Allemagne, on a lancé une thérapie sur le web : « Quit the shit ». Un programme auquel s’intéresse chez nous l’association nationale des intervenants en toxicomanie.

L’idée : suivre une cure de désintoxication sur la toile :
Le constat est simple : beaucoup de jeunes susceptibles d’arrêter de fumer refusent de consulter des spécialistes. Les Allemands ont considéré qu’Internet était une alternative intéressante pour assurer un suivi. Ils ne se sont pas trompés. Les jeunes y trouvent une écoute anonyme, à n’importe quelle heure du jour et de la nuit. Et bonus, c’est gratuit.

Le site « Quit the Shit » propose un programme en 50 jours
D’abord, les jeunes évaluent leur degré de dépendance. Ensuite, ils tiennent un journal en ligne, en répondant à des questions du style : avez-vous fumé aujourd’hui ? Dans quel contexte ? L’utilisateur écrit au quotidien les détails de sa consommation. Sur des chats, des psychothérapeutes répondent aux questions et suivent les jeunes.

Ce n’est évidemment pas un remède miracle
25% des inscrits quittent la drogue, 25% vont vers des cellules psychologiques, et 50% abandonnent, mais c’est courant chez les toxicomanes. le web, un outil complémentaire selon le président de l’Anit Française, l’Association nationale des intervenants en toxicomanie, qui a rencontré les concepteurs allemands.
>Accéder au site ‘Quit the Shit’<

Inscrivez-vous à la Newsletter High-Tech

Newsletter High-Tech

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire