En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

le copier coller est de plus en plus utilisé dans les devoirs : les profs utilisent désormais des outils perfectionnés


Control + C ; Control + V : les deux touches à presser pour recopier l’extrait d’un texte sur Internet. La pratique serait de plus en plus courante : 9 étudiants sur dix avouent recourir à ce système. 8 enseignants sur dix disent avoir été confrontés au phénomène.

Les profs ont désormais des outils pour détecter les fraudeurs
De plus en plus, les universités, les écoles, réclament un exemplaire informatique des devoirs rendus. Elles peuvent ensuite vérifier, avec des logiciels, si un étudiant n’a pas bêtement « pompé » son devoir sur un article de la toile. « Compilatio », par exemple, est leader en France. Ce logiciel est désormais utilisé dans quelques universités, et il équipe des grandes écoles.

Comment ça marche ?
Simple : le logiciel va scanner le devoir de l’étudiant et chercher si des passages similaires existent déjà sur Internet. Le logiciel donne directement les adresses internet où les informations ont été récupérées. Il dresse même un TOP 5 des sources les plus utilisées.

Les établissements ne sont pas tous équipés
L’Education Nationale est bien consciente du problème, mais laisse à chaque établissement le soin d’acheter ou non ce type de logiciels. Le cout reste assez important : 799 euros le logiciel, et 10 euros par mois l’abonnement par professeur. Mais les résultats semblent au rendez vous : dans les universités où ce système est testé, le nombre de copier coller a diminué fortement.

Inscrivez-vous à la Newsletter High-Tech

Newsletter High-Tech

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire