En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Attention à ce que vous mettez en ligne sur le web : Google n’est pas obligé d’enlever les informations qui vous concernent


C’est un jugement rendu récemment par le tribunal de Grande Instance de Paris. Bénédicte, une internaute, avait demandé à ce que le moteur de recherches supprime des messages qu’elle avait laissé sur un forum il y a dix ans. Ces écrits sont encore accessibles quand on tape le nom de la jeune femme sur google. Et on découvre tout sur sa vie intime : ses gouts, sa vie privée. Forcément, il y a dix ans, quand personne n’avait internet, ce n’était pas gênant. Mais aujourd’hui, ça l’est beaucoup plus.

L’internaute n’a pourtant pas réussi à obtenir gain de cause
Car les serveurs de Google se trouvent en Californie, aux Etats-Unis. Le tribunal a donc estimé que notre loi « Informatique et Libertés » ne pouvait pas s’appliquer. Même si Google a une filiale française, c’est la loi Californienne qui s’applique dans des cas comme celui là. Moralité : attention à ce que vous mettez en ligne sur Internet, une fois sur la toile, vos propos risquent d’apparaître pendant de nombreuses années.

Une solution : utiliser un pseudonyme
Plus on indique des données personnelles sur la toile, plus elles risquent d’être utilisées à vos dépends. Quand vous allez sur un forum, pour évoquer des sujets sensibles comme votre travail, votre santé, ne vous inscrivez pas sous votre nom et votre prénom mais plutôt sous un pseudo. Les mauvaises surprises seront moins fréquentes. Attention aux réseaux sociaux comme Facebook ou My Space. On fait circuler beaucoup d’informations personnelles sur ces sites. Le mois dernier, la CNIL mettait en garde les internautes : « ce que vous dites aujourd’hui sur le net à vingt ans, on pourra vous le reprocher quand vous en aurez 50.

Inscrivez-vous à la Newsletter High-Tech

Newsletter High-Tech

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire